Cochrane Summaries

Des données indépendantes de haute qualité pour la prise de décision en santé
Language:
Français

Endoscopie pour le traitement de la pancréatite biliaire aiguë

Tse F, Yuan Y
Publié en ligne: 
16 mai 2012

Une pancréatite aiguë correspond à une inflammation soudaine du pancréas accompagnée de douleurs abdominales intenses. Une obstruction transitoire du canal pancréatique et/ou biliaire par des calculs biliaires en est la cause la plus fréquente. La majorité des crises de pancréatite aiguë sont légères et la plupart des patients en guérissent normalement grâce à une prise en charge médicale. Toutefois, une petite proportion de patients présente des cas plus graves exigeant une prise en charge médicale intensive.

La cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE) combine une endoscopie et une radiographie pour traiter les problèmes touchant les canaux biliaires et pancréatiques. En plaçant le patient sous sédatifs, un endoscope est introduit dans l'œsophage, jusqu'à l'estomac et dans le duodénum où se trouve l'ouverture des canaux biliaires et pancréatiques (ampoule). Un cathéter est ensuite inséré par l'endoscope et via l'ampoule dans le canal biliaire. Un produit de contraste est injecté dans le canal biliaire et des radiographies sont réalisées afin d'identifier des calculs biliaires ou des obstructions. Lorsque des calculs biliaires sont détectés, il est possible de les extraire à l'aide d'un panier ou d'un ballon. Toutefois, cette procédure est risquée. Elle peut provoquer des saignements, un trou dans la paroi intestinale, une infection du canal biliaire ou une aggravation de la pancréatite.

En général, une pancréatite causée par des calculs biliaires peut être guérie à l'aide de deux stratégies de traitement. La première stratégie consiste en une prise en charge médicale conservatrice précoce, comme ne rien administrer par voie orale, utiliser des liquides de réhydratation, des antibiotiques et des médicaments, tous administrés par intraveineuse, pour soulager la douleur. En cas de signes et de symptômes suggérant une infection du canal biliaire ou une obstruction persistante du canal biliaire par un calcul, une CPRE peut être utilisée pour extraire ce calcul. Toutefois, si l'état de santé du patient s'améliore, alors il n'est pas nécessaire de réaliser une CPRE. La deuxième stratégie consiste à réaliser une CPRE précoce (dans les 72 heures suivant l'admission) en plus d'une prise en charge médicale conservatrice systématique pour tous les patients. Ces stratégies ont fait l'objet de nombreux débats afin de déterminer laquelle était la plus efficace, surtout dans les cas d'épisodes de pancréatite grave.

La présente revue a comparé les effets de ces deux stratégies de traitement chez des patients atteints d'une pancréatite biliaire aiguë. Sept études, totalisant 757 patients, ont été examinées et fournissent les preuves les plus probantes. La stratégie de CPRE précoce ne réduit pas la mortalité ou les complications par rapport à la stratégie de prise en charge conservatrice précoce des patients atteints d'une pancréatite biliaire, quelle que soit la gravité de la crise. Toutefois, une CPRE précoce peut avoir des effets bénéfiques chez les patients atteints d'une infection ou d'une obstruction du canal biliaire. Les complications liées à une CPRE sont rares.